Tenez-vous informé(e)
des nouveautés des
éditions Quæ :
Valider mon email

Le marché aux connaissances


Le marché aux connaissances

Néolibéralisme, enseignement et recherche


Lawrence Busch

Auteur
Edition 2014

Cet ouvrage tente de tracer les liens entre le néolibéralisme et la restructuration des universités et des instituts de recherche. Après avoir observé les nombreuses crises que l'enseignement supérieur et la recherche se doivent d’affronter, l’auteur montre la façon dont la version néolibérale des sciences économiques a été mise en œuvre pour modifier les moyens d'entreprendre et d’évaluer la recherche, l'enseignement et l'engagement publics. Il décrit les transformations qui s’ensuivent et leur oppose sa propre position dans ce débat complexe. Enfin, après avoir porté une attention particulière aux voies qui n'ont pas été empruntées, il conclut : pour qui et pourquoi avons-nous besoin de connaissances ? Quel genre de société future souhaitons-nous ?



isbn :  9782759222056
Parution :  29/09/2014
Nb de pages :  160
Référence : 02445
Langue : Français
Editeur :  Quae
Collection : 
Sciences en questions


Bookmark and Share
 Livre broché
(livraison en 5 jours ouvrés)
12,50 €

> Disponible
 Pdf
(téléchargement immédiat)
5,99 €5,99 €

> Disponible
 Epub
(téléchargement immédiat)
5,99 €5,99 €

> Disponible
 Epub kindle
(téléchargement immédiat)
5,99 €5,99 €

> Disponible
Ajouter au panier

Description

Sommaire

Fiche technique

Avis clients

La compétition entre les institutions, les scientifiques, les universitaires et les étudiants devient de plus en plus importante. Cet ouvrage trace les liens entre le néolibéralisme et la restructuration des universités et des instituts de recherche. Après avoir abordé les nombreuses crises auxquelles l'enseignement supérieur et la recherche doivent faire face, l’auteur montre la façon dont la version néolibérale des sciences économiques a été mise en œuvre pour modifier les moyens d'entreprendre et d’évaluer la recherche, l'enseignement et l'engagement publics. Il décrit les transformations qui s’ensuivent et leur oppose sa propre position dans ce débat complexe. Enfin, après avoir porté une attention particulière aux voies qui n'ont pas été empruntées, il conclut : pour qui et pourquoi avons-nous besoin de connaissances ? Quel genre de société future souhaitons-nous ? Comment pourrions-nous y parvenir ?

Nous vous suggérons aussiLa recherche malade du managementL’évaluation économique du stress au travailDésacraliser le chiffre dans l'évaluation du secteur public