Tenez-vous informé(e)
des nouveautés des
éditions Quæ :
Valider mon email

Agriculture et gaz à effet de serre


Agriculture et gaz a effet de serre

Dix actions pour réduire les émissions


Sylvain Pellerin

Coordinateur,

Laure Bamière

Coordinateur,

Lénaïc Pardon

Coordinateur
Edition 2015

En France, l’agriculture représente environ 20 % du total des émissions de gaz à effet de serre. Cet ouvrage propose dix actions ou pratiques agricoles permettant de les diminuer sans modification lourde des systèmes de production, ni réduction importante de la production. Pour chacune d’entre elles, le potentiel d’atténuation ainsi que les coûts ou gains associés, sont estimés à l’horizon 2030, en tonnes équivalent CO2 évitée pour le premier, en euros pour les seconds.



isbn :  978-2-7592-2314-5
Parution :  14/04/2015
Nb de pages :  200
Format : 145x210
Référence : 02480
Langue : Français
Editeur :  Quae
Collection : 
Matière à débattre et décider


Bookmark and Share
 Livre broché
(livraison en 5 jours ouvrés)
32,00 €

> Disponible
 Pdf
(téléchargement immédiat)
21,99 €

> Disponible
 Epub
(téléchargement immédiat)
21,99 €

> Disponible
Ajouter au panier

Description

Sommaire

Fiche technique

Avis clients

En France, l’agriculture représente environ 20 % du total des émissions de gaz à effet de serre. Limiter les émissions en provenance de ce secteur devient impératif. Dans ce contexte, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie ont demandé à l’Inra de réaliser une étude sur les possibilités d’atténuation de ces émissions.

Cet ouvrage propose dix actions ou pratiques agricoles permettant de limiter ces émissions sans modification lourde des systèmes de production, ni réduction importante de la production. Pour chacune d’elles, le potentiel d’atténuation ainsi que les coûts ou gains associés, sont estimés à l’horizon 2030, en tonnes équivalent CO2 évité pour le premier, en euros pour les seconds.

Selon la méthodologie de chiffrage des émissions proposée, le potentiel d’atténuation annuelle de ces actions mises en œuvre simultanément s’élèverait à 32 millions de tonnes de CO2 équivalent. Un tiers serait atteint avec un gain économique pour l’agriculteur, en jouant sur des ajustements pour économiser les intrants. L’autre tiers aurait un coût modéré, les actions correspondantes nécessitant des investissements spécifiques ou des modifications de système de culture tout en donnant lieu à des réductions de charges ou à des coproduits valorisables. Le dernier tiers au coût important requiert des investissements sans retour financier direct, des achats d'intrants spécifiques, du temps de travail dédié et/ou implique des pertes de production plus conséquentes.

Cette étude a été conduite par un groupe de 22 experts scientifiques de divers organismes publics de recherche ou d’enseignement supérieur, dont 2 chercheurs étrangers. Ces experts, couvrant une large palette de disciplines, étaient chargés, dans leur domaine de compétences, de l'analyse de la bibliographie scientifique internationale sur les mécanismes en jeu et les atténuations d'émissions obtenues, ainsi que de la réalisation des estimations quantitatives.

Nous vous suggérons aussiQu’est-ce que l’agriculture écologiquement intensive ?Les cultures intermédiaires pour une production agricole durableFertilisation et environnementFaut-il travailler le sol ?Changement climatique et agricultures du monde