Tenez-vous informé(e)
des nouveautés des
éditions Quæ :
Valider mon email

Le pouvoir de la biodiversité


Le pouvoir de la biodiversité

Néolibéralisation de la nature dans les pays émergents


Frédéric Thomas

Directeur éditorial,

Valérie Boisvert

Directeur éditorial
Edition 2015

Les résultats de la gouvernance internationale de la biodiversité ne sont pas à chercher dans une quelconque « atténuation » de l’érosion génétique, ou encore dans l’établissement d’un peu de justice environnementale, mais dans les formes de savoirs et de pouvoirs qui se sont construits sur la biodiversité et les services environnementaux. Le pari de cet ouvrage est d’examiner ce pouvoir de la biodiversité en termes d’économie politique.



isbn :  978-2-7592-2370-1
Parution :  05/08/2015
Nb de pages :  296
Format : 15 x 24
Référence : 02492
Langue : Français
Editeur :  Quae
Co-éditeur :  IRD


Bookmark and Share
 Livre broché
(livraison en 5 jours ouvrés)
35,00 €

> Disponible
 Pdf
(téléchargement immédiat)
23,99 €

> Disponible
Ajouter au panier

Description

Sommaire

Fiche technique

Avis clients

Depuis vingt ans, la communauté internationale promeut le développement de contrats d’accès aux ressources génétiques afin d’assurer une exploitation durable et équitable de la biodiversité. On constate cependant que les impacts de telles politiques sont limités, en termes de conservation de la nature comme de justice environnementale ou de retombées financières pour les populations locales. Leur influence sur les agendas et les positionnements des gouvernements des pays émergents et de certains scientifiques est en revanche manifeste. Une grande partie de ces derniers a en effet été convertie aux instruments économiques de mise en valeur de la biodiversité : filières de produits naturels, projets d’écotourisme, paiements pour services environnementaux… Les formes de savoirs et de pouvoirs construits sur la biodiversité et les services écosystémiques témoignent de ce ralliement.

 

Le pari de cet ouvrage est ainsi d’analyser le « pouvoir de la biodiversité » en termes d’économie politique, à partir de l’examen des régimes de propriété industrielle sur le vivant dans trois pays émergents – le Vietnam, le Brésil et le Mexique – et d’études de cas sur la mobilisation des savoirs de communautés autochtones et locales dans ces pays. Les notions de biodiversité et de services écosystémiques et leur diffusion ne seraient-elles pas avant tout les marqueurs d’une néolibéralisation des politiques de conservation de la nature ?

Nous vous suggérons aussiDe la protection de la nature au pilotage de la biodiversitéÉvaluation économique de la biodiversitéEnvironnement, discours et pouvoirL’évaluation de la durabilitéNature à vendreRestaurer la nature pour atténuer les impacts du développement